Bois de Verneuil

Actualités

Arrêté sur l'ouverture et la clôture de la chasse

logoPDF Arrêté Ouverture de la chasse

 

Les bois de Verneuil, une longue histoire

Au début du XXe siècle, le partage des terres effectué à la mort de la princesse de Ligne apporta une profonde modification à la commune, transformant les champs labourables et une partie des bois, en terrains à bâtir, à seulement 35 km de Paris.

Après une lutte acharnée de 14 ans, et l’occupation des bois par les Vernoliens en 1977 contre le déboisement de la forêt, l’affaire des Bois est finalement réglée en 1991. Le 2 juillet 1993, l’Agence des Espaces Verts, mandatée par la Région Île-de-France, a acquis l’ensemble des bois désormais appelés « Forêt régionale de Verneuil ».

 DSC01989

Certifiée par le Forest Stewardship Council pour sa gestion durable en 2014, les 155 ha du massif forestier de Verneuil sont constitués de plusieurs petits bois. On y rencontre un groupement végétal rare en Île-de-France : une lande boisée à callune.

Les essences les plus répandues sont le chêne, le châtaignier, le charme, le robinier, le bouleau, le pin sylvestre, ainsi que des essences calcicoles : cornouiller, merisier et alisier. Près de 70 espèces ornithologiques peuplent les bois. Il n’est pas rare de rencontrer un grèbe castagneux, un faucon crécerelle, une tourterelle des bois, un pic vert et un pic noir, une alouette des champs ou un rouge-queue à front blanc. D’autres espèces peuplent la forêt : sangliers, chevreuils, lièvres, lapins, renards et écureuils.

L'agence des espaces verts
Avec ses 12000 km² et ses 11 millions d’habitants, l’Île-de-France est la région la plus urbanisée du pays et l’une des plus exposées aux problèmes environnementaux. Pourtant, cette image est trompeuse : les zones agricoles représentent 55 % de sa superficie et les forêts ou bois 22 % !
C’est pour sauvegarder ce patrimoine écologique remarquable et améliorer le cadre de vie de tous les Franciliens que l'Agence des espaces verts, créée en 1976 à l'initiative de la Région Île-de-France, s'efforce de mener, au quotidien, une politique volontariste d’aménagement du territoire tournée vers les usagers. C'est un établissement public  qui n’a pas son équivalent sur le territoire français.

Sa mission première est de protéger les espaces naturels qui sont menacés par la poussée de l’urbanisation. La dotation du Conseil régional permet d’acquérir et d’aménager des terrains (forêts, sites écologiques, espaces agricoles...) ainsi que d’attribuer des subventions aux collectivités territoriales pour les inciter à créer ou maintenir des espaces naturels (parcs, bois, espaces verts de proximité, jardins familiaux, plantations...). L'AEV initie également une vaste démarche de sensibilisation et d’éducation à l’environnement auprès des écoliers d’Ile-de-France et du grand public, pour que chacun prenne conscience de l’incroyable diversité du patrimoine naturel régional et apprenne à le protéger.

Son action vise à participer au maintien de l’agriculture périurbaine, à gérer des forêts, à réhabiliter des sites de friches ou dégradés, à préserver les milieux naturels d’intérêt écologique majeur, à aménager des coulées vertes et des promenades, à valoriser la beauté des paysages... pour en faire profiter un maximum de Franciliens.
Au total, ce sont près de 11.000 ha qui ont été acquis ou mis en valeur par l’Agence des espaces verts afin de les rendre accessibles au public dont le bois régional de Verneuil d'une superficie de 428 ha.

Coordonnées
01 83 65 38 00

www.aev-iledefrance.fr
https://www.facebook.com/aev.idf/
http://twitter.com/aeviledefrance

 

Tiques : l’AEV appelle à la prudence

Maladie de Lyme : l’Agence des Espaces Verts de la Région d’Île-de-France (AEV), aménageur et gestionnaire de l’Espace naturel régional de Marsinval (Forêt régionale de Verneuil et Plaine de Vernouillet), appelle à la prudence avec les tiques. 

Dans la nature et surtout en forêt, il est possible d’être mordu par une tique et de développer la maladie de Lyme (voir encadré), gravement invalidante. Toutes les tiques ne sont pas vectrices de la maladie mais il convient par prudence de respecter un certain nombre de recommandations.

L’AEV rappelle la conduite à tenir :

  • être particulièrement vigilant lors de ses promenades :
  • porter des vêtements clairs* couvrant les jambes, les bras et le cou, un chapeau ou une casquette, des chaussures fermées ; rentrer le bas du pantalon dans les chaussettes;

* Le port de vêtements clairs permet de mieux repérer les tiques.

  • rester sur les chemins et les sentiers : éviter de s’enfoncer dans la végétation ;
  • éviter de s’asseoir par terre ou sur du bois mort ;
  • éviter le contact avec les branches basses, les arbustes, les fougères… ;
  • après la promenade, s’inspecter minutieusement le corps (notamment les aisselles, les plis de peau, le cuir chevelu, le derrière des oreilles et le cou) ainsi que ses affaires personnelles (vêtements, sac…) ; en cas de promenade avec un animal de compagnie, l’inspecter également.

Il est également possible de porter un répulsif ou insecticide naturel.

Même si les infections s’observent tout au long de l’année, la période la plus sensible se situe entre le mois de mai et le mois d’octobre : les tiques affectionnent la chaleur et l’humidité.

 

En cas de morsure par une tique :

  • l’enlever au plus vite avec un tire-tiques (facile et efficace, disponible en pharmacie, chez le vétérinaire), en s’assurant que la tête ne soit pas restée accrochée et sans appliquer de produit sur la tique* ;

* La technique d’appliquer un produit (alcool, éther, huile…) sur la tique pour l’endormir ou l’asphyxier est obsolète, elle fait régurgiter le contenu de son estomac et augmente le risque d’infection.

  •      désinfecter la plaie avec un produit bactéricide ;
  • brûler la tique pour détruire les bactéries, virus… ;
  • surveiller la zone mordue pendant six semaines (un cercle rouge peut apparaître sur la peau) et rester attentif : des symptômes grippaux peuvent se manifester (douleurs articulaires, fièvre, maux de tête…)

Espace naturel régional de Marsinval : sécurisation des boisements en Forêt régionale de Verneuil

IMG 20200615 153828À partir de cet été, des travaux vont être réalisés pour pérenniser la forêt, sécuriser la promenade et les zones mitoyennes aux habitations. Ils sont complémentaires des travaux déjà réalisés au printemps 2019, à proximité du lotissement des Clairières de Verneuil. (photo©AEV/G.Mary)

Un dépérissement dû à la sécheresse
Le dépérissement des châtaigniers, majoritaires en Forêt régionale de Verneuil, est dû essentiellement à la sécheresse estivale des deux dernières années.

En outre, la nature du sol forestier, sableux, donc drainant, a accéléré le processus : sans réserve d’eau suffisante, les arbres se sont desséchés d’autant plus vite.

Les travaux consisteront donc à retirer une partie des arbres dangereux situés en lisière du massif, le long des chemins et des parkings. Ceci afin de garantir la sécurité des nombreux promeneurs, riverains et d’assurer le renouvellement des jeunes arbres.

Pour la sécurité de tous, durant les travaux, certains chemins seront temporairement interdits d’accès. Des panneaux d’information seront installés pour informer les promeneurs.

logoPDF  Plan sécurisation des boisements en forêt régional de Verneuil

Pour en savoir plus : http://www.aev-iledefrance.fr/l-aev/le-patrimoine-nature-regional/le-patrimoine-nature-regional/prif-butte-de-marsinval

Comité d'usagers de la forêt de Verneuil

Le Comité d’usagers de la forêt de Verneuil, aménagée et gérée par l’AEV, a eu lieu le vendredi 23 juin 2017, en présence notamment de Mr TAUTOU, président de la Communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSEO). La réunion a permis de faire un point de situation sur les aménagements réalisés et les acquisitions.

logoPDF Comité d’usagers de la forêt de Verneuil (Butte de Marsinval) du 23 juin 2017