Articles

Environnement

Limitation provisoire des usages de l'eau 

La situation s’améliore dans l'Est et le Nord des Yvelines, l'usage de l’eau et les prélèvements restent cependant limités dans les rivières et les nappes souterraines sur le département des Yvelines.

Avec les pluies parfois intenses du week-end, les débits des différents cours d'eau tendent à retrouver un niveau presque similaire à ceux qu'ils avaient avant ces épisodes sans baisser davantage.

Ils ont permis à la situation d'étiage de se stabiliser voire de s'améliorer de manière locale. Ainsi, les stations de Beynes sur la Mauldre et de Villebon sur l’Yvette sortent de la vigilance.
La situation s’est également améliorée pour la Rémarde à la station de Saint-Cyrsous-Dourdan qui passe au dessus du seuil d’alerte.

Mais ces épisodes pluvieux successifs de la dernière semaine ne permettent pas de faire remonter les niveaux des débits de manière significative et durable sur l'ensemble du territoire.

Selon méteofrance, une nouvelle période de temps sec a démarré le lundi 19 août. Elle s’étendra sur toute la semaine en cours et concernera aussi vraisemblablement une grande partie de la semaine prochaine. A noter aussi des températures élevées à partir de la fin de la semaine en cours.

 Après consultation du comité départemental de la Ressource en Eau, la préfecture des Yvelines a donc décidé de relever les zones 1 et 2 au nord-est du département en situation de VIGILANCE, faisant appel au civisme de l'ensemble des usagers de l'eau de limiter leur consommation, mais de maintenir la zone 3* au sud-ouest du département en situation d'ALERTE .

Consultez la cartographies des zones 1, 2, 3 et la liste des communes en zone 3 :

http://www.yvelines.gouv.fr/Actualites/Limitation-provisoire-des-usages-de-l-eau-et-des-prelevements-dans-les-rivieres-souterraines

  


 

Charte de la biodiversité

charte biodiversité     La charte de la biodiversité formalise la volonté des acteurs de la Région Île-de-France, de faire connaître, de préserver, de restaurer et de gérer la biodiversité et les milieux naturels régionaux. Elle constitue le cadre des actions qui sont engagées sur le territoire de la Région Île-de-France par les signataires, en fonction de leurs compétences respectives. Elle propose des actions à mener dans le respect des compétences reconnues à chaque collectivité, organisme ou entreprise.

Le Conseil municipal du 30 juin 2015 a approuvé à l’unanimité l’adhésion de Verneuil à cette charte régionale. Ce vote souligne l’attachement de Verneuil à son patrimoine naturel, avec pour objectif un développement durable et équilibré. Il marque aussi la volonté de la municipalité de protéger la biodiversité et les milieux naturels locaux. Avec cette charte, la Ville s’engage à ouvrir un processus d’amélioration. Pendant les 3 prochaines années, Verneuil souhaite mettre en place des actions concrètes dans des domaines précis.

  • Préserver le vivant et sa capacité à évoluer : le service Espace verts s’engage à maintenir le patrimoine arboré grâce à une gestion écologique des arbres, de conserver des espaces accueillant pour la faune et la flore, mais aussi de protéger et végétaliser durablement la ville avec la gestion différenciée des espaces verts, l'implantation d'un rucher et la tonte tardive des gazons d’ornement.
  • Assurer un usage durable et équitable de la biodiversité : l’objectif est de lutter contre l’usage des pesticides en milieu urbain en formant les agents sur des solutions alternatives comme le désherbage à la main ou le paillage.
  • Investir dans un bien commun, le capital écologique.
  • Développer, partager et valoriser les connaissances.
  • Susciter l’envie d’agir pour la biodiversité. 

Les chenilles urticantes sont de retour !

chenilles urticantes ars afficheAttention, les chenilles urticantes sont de retour.

Retrouvez toutes les infos dans la plaquette d'information de l'ars santé :

logoPDF Plaquette d'information

 
Plus d'infos ici

La ville met tout en oeuvre pour supprimer les chenilles processionnaires.

En 2018, 14 nichoirs à mésanges ont été installés sur la ville (écoles et parcs).

En effet, les mésanges sont réputées pour « dévorer » les processionnaires.
Cependant, elles sont comme nous : il y a des mets qu’elles affectionnent, mais une fois qu’elles en ont eu leur compte, elles les boudent et passent à autre chose. 2 ou 3 nichoirs doivent encore être installés sur la ville.

La ville réfléchit également à la mise en place de nichoirs pour chauve-souris (notamment la pipistrelle), qui est également friande des papillons de processionnaires et de moustiques. En favorisant la réintroduction de ces deux insectivores,la ville pourra aider à lutter le jour et la nuit contre ses nuisibles.